Qui sommes nous ? - Contacts - FAQ - Partenaires - Lettre d'infos - Plan du site
Chirurgie digestive
Anneau gastrique 2016
La plicature gastrique (2)
La plicature gastrique (1)
La plicature gastrique chirurgicale
La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique
Nouvelles techniques
Principales techniques
Faire le choix de son intervention bariatrique
Bypass bilio-pancréatique
Bypass gastrique
Sleeve gastrectomie
Résultats de la chirurgie
Examens pré-opératoires
Déroulement de l'intervention
Suivi post-opératoire
Diététique post-opératoire immédiate
Contre-indications
Risques de l'intervention
Causes d'échec à long terme de l'anneau modulable
Indications de la chirurgie digestive de l'obésité
Robotique et chirurgie de l'obésité
Chirurgie de l'obésité dans le monde et en Europe : les chiffres
Consommation de sucres chez les opérés de gastroplastie
Peut-on opérer les adolescents ?
Super obèses
Chirurgie plastique
Principes de la stratégie en chirurgie plastique chez le patient obèse qui a maigri
Localisations de la chirurgie plastique
Stratégie thérapeutique
Chirurgie plastique de l'obésité sans perte de poids
Niveau de preuve en chirurgie de l'obésité
Problèmes psychologiques
Accueil > Chirurgie > Problèmes psychologiques

Problèmes psychologiques

"Partie d'adieu" avant chirurgie de l'obésité...

La chirurgie de l'obésité suppose une préparation soigneuse sur le plan diététique et psychologique, dont la réussite est en principe le gage d'une réussite ultérieure de la chirurgie. Ce n'est d'ailleurs qu'au terme de ce parcours qu'un patient peut être déclaré "bon candidat" pour la gastroplastie. En effet, quelque soit la solidité des bases techniques sur lesquelles elle repose (agrafage, sutures, anneau modulable, etc.), la chirurgie ne peut prétendre réussir seule! Le comportement alimentaire du patient influe considérablement sur les résultats, et ce même en présence d'un montage anatomique parfait. Une alimentation anarchique, déstructurée, par exemple avec ingestion répétée de liquides sucrées, peut malmener un anneau correctement serré ou une suture bien faite entre une petite poche gastrique et l'intestin grêle...

Des auteurs portugais rapportent le cas d'une patiente de 40 ans, dont le BMI était très élevé (65 kg par mètre carré), et souffrant de plusieurs pathologies en relation avec son obésité (hypertension, stéatose hépatique, syndrome respiratoire restrictif sévère), qui pris 30 kg pendant les trois mois précédant la chirurgie et mourut subitement une nuit de défaillance respiratoire*.

Les auteurs suggèrent une prise en charge plus complète des patients avant la chirurgie. Les symptômes décrits sont en fait très courants même si dans la plupart des cas la prise de poids avant chirurgie n'est que de quelques kilos. Accessoirement un problème est celui de savoir quel poids prendre en compte lorsque l'on calcule la perte d'excès de poids post-opératoire! Il serait toutefois excessif d'affirmer que toute prise de poids précédant la chirurgie témoigne d'une mauvaise prise en charge ou d'une immaturité du candidat à la gastroplastie. Certes un certain degré de discipline est exigible avant l'intervention pour faire face aux difficultés que ne manquera pas d'engendrer celle-ci, mais l'investissement émotionnel envers la chirurgie, ainsi que les horizons d'attente, sont tels que l'on ne peut blâmer définitivement cette "partie d'adieu" (au demeurant étalée dans le temps le plus souvent)... dès lors qu'elle reste modérée!

* How to avoid weight gain before bariatric surgery: "the obesity farewell party". Cardoso MH, Bastos AS et col. Obesity Surgery 2003; 13: 513.
Envoyer cet article par email à un(e) ami(e)
Tous les champs sont obligatoires