Qui sommes nous ? - Contacts - FAQ - Partenaires - Lettre d'infos - Plan du site
Chirurgie digestive
Anneau gastrique 2016
La plicature gastrique (2)
La plicature gastrique (1)
La plicature gastrique chirurgicale
La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique
Nouvelles techniques
Principales techniques
Faire le choix de son intervention bariatrique
Bypass bilio-pancréatique
Bypass gastrique
Sleeve gastrectomie
Résultats de la chirurgie
Examens pré-opératoires
Déroulement de l'intervention
Suivi post-opératoire
Diététique post-opératoire immédiate
Contre-indications
Risques de l'intervention
Causes d'échec à long terme de l'anneau modulable
Indications de la chirurgie digestive de l'obésité
Robotique et chirurgie de l'obésité
Chirurgie de l'obésité dans le monde et en Europe : les chiffres
Consommation de sucres chez les opérés de gastroplastie
Peut-on opérer les adolescents ?
Super obèses
Chirurgie plastique
Principes de la stratégie en chirurgie plastique chez le patient obèse qui a maigri
Localisations de la chirurgie plastique
Stratégie thérapeutique
Chirurgie plastique de l'obésité sans perte de poids
Niveau de preuve en chirurgie de l'obésité
Problèmes psychologiques
Accueil > Chirurgie > Chirurgie digestive > La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique

La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique

[La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique]

La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique: la correction endoscopique d’une poche gastrique excessive après by-pass gastrojéjunal (Première partie)

La chirurgie du by-pass gastrique pour obésité morbide est ancienne aux États-Unis (plus de 30 ans), et elle devient importante en Europe (plus de 8 000 interventions en France en 2010). Elle est grevée à plus ou moins long terme (au-delà de cinq ans) d’un taux d’échec par reprise pondérale de l’ordre de 20–25 %. Les réinterventions sont possibles, mais sont jugées dangereuses, et il n’y a pas de réel consensus sur leurs modalités. Les enjeux sont donc actuellement importants, car contrairement à des interventions réputées plus « simples », comme l’anneau gastrique ou la sleeve gastrectomie, le by-pass ne dispose pas véritablement d’une intervention de sauvetage standardisée…
Nous étudions ici un article constituant le rapport officiel de l’étude multicentrique dite ROSE sur un procédé de réintervention de plicature gastrique par voie endoscopique après échec de by-pass gastrique: Horgan S, Jacobsen G, Weiss D, et al (2010), Incisionless revision of post-Roux-en-Y bypass stomal and pouch dilatation: multicenter registry results. Surg Obes Relat Dis.
Elle s’intègre dans un protocole approuvé selon les critères de la Food and Drug Administration aux Etats-Unis. Elle offre un intérêt important, car elle se situe à la jonction de deux problématiques très actuelles : la nécessité de plus en plus fréquente de réintervenir après by-pass à long terme, la recherche d’un compromis moins risqué que la chirurgie de reprise dont on connaît les aléas (recoupes gastriques, allongement d’anses intestinales, etc.) et, de plus, la vogue des techniques « par les voies naturelles ».
Le postulat de cette recherche est clair : la révision chirurgicale des échecs pondéraux du by-pass gastrique est obérée par un taux de complications élevé. Dès lors, les procédés de révision endoluminaux présentent un profil de risque favorable, pourvu que l’on réponde aux questions sur leur sûreté, efficacité, durée et perte de poids. L’étude a été multicentrique et rapportait les résultats de la « plate-forme opératoire par les voies naturelles » de la société USGI Medical (Californie, États-Unis).
 

Envoyer cet article par email à un(e) ami(e)
Tous les champs sont obligatoires