Qui sommes nous ? - Contacts - FAQ - Partenaires - Lettre d'infos - Plan du site
Régulation de l'appétit
Causes et mécanismes de l'obésité
Mesures de l'obésité
Fréquence, coût et conséquences sociales de l'obésité
Grandes options dans le traitement de l'obésité
Stratégie thérapeutique chez un obèse
Front de la lutte contre l'obésité
Bénéfices de la chirurgie de l'obésité
L'obésité dans les pays en développement
Lutte contre l'obésité : les USA contre le reste du monde
Gain de poids chez les époux des opérés
Mortalité et poids
Première étude comparée des traitements de l'obésité morbide
Le combat américain
Négation de l'obésité
Lutte contre l'obésité : se méfier des solutions faciles
Obésité ''volontaire'' en Mauritanie
Accueil > Généralités > L'obésité dans les pays en développement

L'obésité dans les pays en développement


L'obésité dans les pays en développement : un fléau naissant ?
C'est un lieu commun de décrire l'augmentation du nombre d'obèses (et plus généralement du surpoids) dans les pays occidentaux ou développés. La sous-alimentation reste un problème dans de nombreux pays pauvres, et même dans les pays "émergents". Ce que l'on commence à souligner est l'augmentation impressionnante des obèses dans les pays en voie de développement.

Le principal facteur est l'urbanisation croissante des modes de vie, avec pour corollaire une alimentation rapide, à base de matières grasses, sucres et sel (donc plus calorique), alors que l'alimentation traditionnelle, paysanne, reposait sur des fibres et sucres lents (céréales, racines ou tubercules), plus longue à préparer. La migration des populations paysannes vers les grandes villes est une réalité démographique qui touche de très nombreux pays. Ces populations étaient structurées en familles solidaires, et perdent leurs habitudes de vie une fois confrontées au rythme des mégapoles débordées, où les transports sont précaires et le chômage endémique; de plus les efforts physiques réguliers disparaissent quasiment chez ces "néo-citadins". Seuls les plus fortunés (qui sont aussi les plus éduqués) peuvent plus facilement remédier à la passivité des modes de vie (loisirs comme la télévision) et accéder aux sports. La nourriture qui rend obèse est aussi malheureusement la plus carencée (vitamines, oligo-éléments), ce qui aggrave encore les déséquilibres nutritionnels des pays pauvres. On voit ainsi cohabiter dans un même pays comme l'Indonésie une population obèse et une autre sous-alimentée. Ne nous y trompons pas: les obèses seraient près de 300 millions aujourd'hui dans le monde, dont 115 millions dans les pays en développement, mais les personnes souffrant chroniquement de sous-alimentation sont plus de 840 millions (chiffres de l'OMS) !

On ne sera donc pas surpris que les pays en voie de développement connaissent un essor de la chirurgie bariatrique, alors même qu'y co-existent des populations rurales et pauvres (souvent sous-alimentées) et citadines, comme en Inde où les villes accueillent à présent 40% des habitants. L'Inde qui célébrait justement les 7 et 8 mars dernier son deuxième congrès de chirurgie de l'obésité (OSSICON) à New Delhi, de nombreux praticiens ayant l'usage expérimenté des techniques mini-invasives (coelioscopie)!

>> Résumons les chiffres : la fraction de la population souffrant d'obésité dans le monde est de 8,3% (*source: Newsweek, 11/08/2003, Lifestyle change is spawning an epidemic of global obesity); 20,4% dans les pays développés, 4,8% dans le pays en voie de développement, mais déjà 17,1% dans les pays émergents.
Envoyer cet article par email à un(e) ami(e)
Tous les champs sont obligatoires