Qui sommes nous ? - Contacts - FAQ - Partenaires - Lettre d'infos - Plan du site
A propos de l'obésité
Complications cardio-vasculaires
Complications pulmonaires
Complications endocrines et métaboliques
Complication ostéo-articulaires
Complications liées à l'anesthésie
Autres complications
Accueil > Complications > Complications endocrines et métaboliques

Complications endocrines et métaboliques


Elles sont très nombreuses !


La plus fréquente et la plus classique est le diabète :

La littérature médicale est abondante sur ce sujet. Il s'agit le plus souvent, et en tous cas au stade initial, du diabète dit gras, non dépendant de l'insuline, et donc de ce fait accessible (au moins au début) à une guérison par la diététique et l'amaigrissement, éventuellement couplés à des médicaments antidiabétiques oraux (en comprimés). A un stade plus tardif et plus grave d'obésité, ce diabète peut devenir insulino-dépendant, et donc nécessiter des injections quotidiennes d'insuline.
Le diabète est une maladie potentiellement très grave, puisque il est responsable de toute une série d'effets secondaires délétères: complications cardiaques et vasculaires (athérome, angine de poitrine et infarctus du myocarde, maladies de la rétine pouvant conduire à la cécité etc.). Le risque de diabète chez l'obèse est trois fois supérieur à celui de la population normale.
L'insuline joue chez l'obèse un rôle complexe. Sans entrer dans le détail, il faut retenir que l'on observe couramment une élévation du taux circulant de cette hormone, qui est normalement sécrétée par le pancréas et dont le rôle est de réguler le taux de sucre dans la sang en l'abaissant. Mais cette élévation ne s'accompagne pas d'une baisse du taux de sucre (la glycémie). Contrairement à ce qui se passe dans les cas (rares) où existe une tumeur du pancréas qui sécrète de manière excessive cette hormone. L'explication réside dans un comportement différent de l'organisme sous l'effet de la multiplication des cellules graisseuses, dont l'effet est une résistance des tissus à l'insuline. C'est ce que l'on appelle le phénomène d'insulino-résistance.

Les troubles des lipides sanguins :

Il s'agit de l'augmentation des graisses circulantes, qui elle aussi accroît considérablement le risque vasculaire et cardiaque. Ce risque est chez l'obèse cinq fois supérieur à celui de la population normale. Le trouble le plus commun est l'élévation des triglycérides sanguins. On observe aussi une augmentation du cholestérol sanguin, et plus particulièrement du 'mauvais' cholestérol (le cholestérol LDL) aux dépens du 'bon' cholestérol (HDL).

Il existe d'autres conséquences métaboliques et endocrines :

  • Des anomalies de la fertilité (au maximum une stérilité).
  • Des troubles de l'ovulation, avec souvent un syndrome des ovaires multikystiques (qui se traduit par des douleurs importantes en milieu de cycle).
Envoyer cet article par email à un(e) ami(e)
Tous les champs sont obligatoires