Qui sommes nous ? - Contacts - FAQ - Partenaires - Lettre d'infos - Plan du site
Chirurgie digestive
Anneau gastrique 2016
La plicature gastrique (2)
La plicature gastrique (1)
La plicature gastrique chirurgicale
La révision endoscopique des échecs tardifs de la chirurgie bariatrique
Nouvelles techniques
Principales techniques
Faire le choix de son intervention bariatrique
Bypass bilio-pancréatique
Bypass gastrique
Sleeve gastrectomie
Résultats de la chirurgie
Examens pré-opératoires
Déroulement de l'intervention
Suivi post-opératoire
Diététique post-opératoire immédiate
Contre-indications
Risques de l'intervention
Causes d'échec à long terme de l'anneau modulable
Indications de la chirurgie digestive de l'obésité
Robotique et chirurgie de l'obésité
Chirurgie de l'obésité dans le monde et en Europe : les chiffres
Consommation de sucres chez les opérés de gastroplastie
Peut-on opérer les adolescents ?
Super obèses
Chirurgie plastique
Principes de la stratégie en chirurgie plastique chez le patient obèse qui a maigri
Localisations de la chirurgie plastique
Stratégie thérapeutique
Chirurgie plastique de l'obésité sans perte de poids
Niveau de preuve en chirurgie de l'obésité
Problèmes psychologiques
Accueil > Chirurgie > Chirurgie digestive > Anneau gastrique 2016

Anneau gastrique 2016

[L'anneau gastrique a t'il encore un avenir?]

L'anneau gastrique a-t-il encore un avenir? Le déclin de l'anneau gastrique modulable semble inexorable! On en peut pas dire que les résultats actuels de cette technique bariatrique soient plus mauvais que par le passé. Au contraire même, les modèles courants d'anneau sont plus fiables quand à leur design et aux matériaux; les complications à moyen terme de la technique sont moins fréquentes, notammant le glissement de l'anneau et la redoutée érosion trans-gastrique de l'anneau, devenue rare. Les problèmes souvent mis en avant ne sont pas insurmontables avec l'expérience: dysfonctionnement de la prothèse, nécessité de révisions chirurgicales pour des problèmes de tubulure ou de boîtier d'accès; nécessité d'une surveillance ne serait-ce que pour les serrages et déserrages, etc. Et pourtant! Cette intervention qui a actuellement le plus faible pourcentage de complication immédiate (juste après l'intervention), très en dessous de celles de la sleeve gastrectomie ou du bypass gastrique (fistules, abcès et péritonite), ne rencontre plus le succès, la faveur des chirurgiens et surtout celle des patients! Avec le recul, la réponse apparaît simple en fait: la tolérance alimentaire est bien le facteur numéro un de cette défaveur. Ce que l'on n'avait donc pas anticipé comme un réel problème lorsque l'anneau n'avait pour seuls compétiteurs que l'ancienne gastroplastie par agrafage et le bypass gastrique, est revenu au premier plan avec la concurrence de la sleeve gastrectomie, qui aux nouvelles les plus récentes représents par exemple la moitié des interventions bariatriques aux Etats-Unis, et probablement davantage en France. A titre d'exemple, notre simple expérience des quatre dernières années peut éclairer: le nombre de sleeve a largement dépassé celui des anneaux dès 2013, et le ratio actuel n'est plus que de 1 anneau pour 5 sleeves. Notre particularité était d'agir en fonction de deux principes: capacité à pratiquer toutes les interventions disponibles sans préjugé, et toujours respecter le choix du patient. Nos chiffres reflètent de nombreuses autres expériences en France et dans le monde, avec graduellement un plébiscite pour la sleeve gastrectomie et le déclin, sinon l'abandon de l'anneau. L'anneau a rendu d'éminents services, par exemple il a permis de franchir l'étape de la coelioscopie dans une chirurgie où cela compte beaucoup. Mais son temps semble bien passé... Mode ou tendance de fond, au lecteur de juger!
Envoyer cet article par email à un(e) ami(e)
Tous les champs sont obligatoires